L'entreprise alimentaire engagée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire en France

Votre panier

Votre panier est vide.

Sélectionner une page

Continuez de précommander nos biscuits anti-gaspi sur notre boutique en ligne et profiter de la livraison gratuite jusqu'à fin novembre : vos biscuits seront livrés avant Noël.

Le devenir des déchets recyclables

20 août 2020 – Infos durables

Le devenir des déchets recyclables

On parle souvent de poubelle jaune pour ce qui concerne les emballages recyclables (canettes, bouteilles en plastiques…). En réalité elle est parfois bleue, verte ou bordeaux… En plus de la couleur, c’est en réalité le système de collecte et de tri qui diffère selon la localisation en France, ce qui peut devenir assez casse-tête pour nous, citoyen(ne)s.
.

A quoi sert la poubelle de tri ?

Nous, particuliers, produisons 3 types de déchets : 

  • les déchets organiques ;
  • les déchets recyclables ;
  • les déchets résiduels

Les déchets recyclables ont vocation à être jetés dans la poubelle de tri. Vous le savez, il s’agit en majorité des emballages alimentaires, mais aussi cosmétiques ou d’objets : bouteilles, barquettes, flacons…

Crédit photo : Freepik

Les déchets sont d’abord collectés par des agents, appelés les ripeurs, dont les conditions de travail sont difficiles: travail de nuit, travail dehors sous toute météo, travail physique… Les déchets recyclables sont ensuite acheminés jusqu’au centre de tri le plus proche. Dans cette installation industrialisée, de nombreuses machines utilisent diverses technologies pour séparer les différents déchets selon leur matériau de fabrication. Une partie du tri est également réalisé à la main par des agents sur des tapis roulants faisant défiler à toute allure les déchets, le but étant de rectifier les erreurs de tri. C’est un travail fastidieux et dangereux dans des conditions assez difficiles, mêlant bruit et rapidité. Cela demande beaucoup de rigueur et de concentration. 

Une fois les déchets séparés par type de matière, ils sont compressés en blocs d’environ 1m3 qu’on appelle balles. Les balles sont ensuite envoyées vers les filières de recyclage spécifiques pour valoriser la matière. Ainsi, le tri des déchets permet leur valorisation et donc la diminution de l’extraction de ressources pour produire de nouveaux objets, emballages, matériau d’isolation…
.

Que doit-on mettre dans la poubelle de tri ?
Qu’est ce que l’extension des consignes de tri ?

Le meilleur moyen de faire le tri de la manière la plus efficace possible est de suivre les indications de la collectivité dans laquelle nous vivons : métropole, communauté de communes, agglomération… Ces indications sont parfois indiquées directement sur nos poubelles ou tout simplement sur les sites Internet des collectivités. Il existe également le guide du tri https://www.consignesdetri.fr de CITEO, l’éco-organisme de référence pour la collecte et le recyclage, où nous pouvons mentionner notre adresse et rechercher le geste de tri nous devons adopter pour cet emballage en particulier..

En effet, les consignes de tri diffèrent en France. Un emballage recyclable en théorie ne sera pas forcément recyclé en pratique si le centre de tri associé ne dispose pas des technologies de séparation de ce matériau et/ou si la filière de recyclage spécifique n’est pas développée.

Heureusement, la loi pour la transition écologique et la croissance verte de 2015 donne comme prochains objectifs d’ :

  • étendre les consignes de tri des emballages ménagers à l’ensemble des emballages en plastique d’ici 2022, dont les films et barquettes en plastique : c’est l’extension des consignes de tri. Nous pourrons donc mettre au tri TOUS les emballages plastiques : pots de yaourt, films alimentaires… C’est peut-être déjà le cas chez vous ?
  • harmoniser progressivement les consignes de tri et les couleurs des poubelles d’ici 2025 : il sera alors possible d’identifier plus facilement le bac ou le conteneur approprié, partout en France, peu importe la région où nous nous situons.

Ces mesures ont pour but de simplifier le tri et d’en améliorer la qualité. Cependant, la gestion des déchets ne repose pas seulement sur un meilleur tri, mais aussi et d’abord sur la réduction de ces derniers !
.

Le mirage du recyclage ?

Le recyclage permet de valoriser les matériaux pour créer de nouveaux emballages et objets. Il est donc intéressant pour diminuer l’extraction des ressources mais ne la supprime pas totalement. Pour recycler la matière (plastique, carton…), il faut souvent chauffer, broyer, séparer. Ces opérations détériorent la qualité des matériaux et la matière recyclée va souvent servir à d’autres utilisations que celle qu’elle avait à l’origine.Il faudra donc par exemple 27 bouteilles d’1,5 litres pour fabriquer un pull en laine polaire.

Et le recyclage n’est pas possible à l’infini ! Notamment concernant le plastique, ce qui pose un réel problème, mais aussi le papier. Seul le verre semble pouvoir se recycler à l’infini.

Cependant, la collecte, le tri et le recyclage de ces déchets recyclables engendrent des activités de transport et d’industrie, coûteuses en énergie et émettrices de gaz à effet de serre, comme toute activité humaine. 

Crédit photo : Lemon Tri

Faciliter, encourager et harmoniser le tri est donc essentiel mais la première mesure à accentuer est celle de la réduction de nos déchets de manière générale. C’est un point que les collectivités et CITEO ont du mal à transmettre aux citoyen(ne)s. Ils préfèrent donc se concentrer sur la qualité du tri et du recyclage. Un bon exemple qui illustre cela est la campagne “Trier c’est donner” de CITEO. (Ils ont d’ailleurs développé un quizz ludique qui mérite le détour : https://www.triercestdonner.fr/comment-trier-les-dechets-et-comprendre-les-benefices-du-recyclage )

D’un autre côté, les consommatrices et consommateurs responsables s’orientent vers le zéro déchet. Zéro Waste France soutient ces pratiques et n’hésite pas à parler du mirage du recyclage pour dénoncer qu’il ne s’agit pas de la solution absolue.

Le développement de la distribution en vrac est favorable pour diminuer les déchets, mais implique aussi d’autres normes.
.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez nos autres contenus engagés et engageants

nos astuces, recettes, conseils, infos et initiatives écolo

Le devenir des déchets recyclables

Le devenir des déchets recyclables

3 recettes pour entretenir sa cuisine naturellement et zéro-déchet

Nous vous avons déjà partagé nos 8 indispensables pour un ménage zéro-déchet et 100% naturel. Aujourd'hui, on vous partage 3 recettes naturelles, simples, rapides et zéro-déchet pour entretenir votre intérieur, et plus particulièrement votre cuisine, de façon saine,...

4 conseils pour faire ses courses en mode zéro-déchet

Pour la plupart de l'équipe d'In Extremis, c'est dans notre cuisine qu'a débuté notre intérêt pour le zéro déchet ; c'est notamment le cas de Marie, la fondatrice. Un jour, en rentrant de courses, elle s'est rendue compte de la quantité d’emballages qu'elle avait à...

Les pelures de fruits, des vertus insoupçonnées pour la peau

Bien que pas très locale, la banane est l'un des fruits les plus consommés par les français(es). Figurez-vous que, comme bon nombre de fruits, rien ne se jette, rien ne se gaspille dans la banane. Nous vous avons déjà partagé une recette de muffins à base de peaux de...

Réduire ses déchets en apprenant à dire « non »

Chez In Extremis, lorsque nous abordons le sujet du zéro-déchet autour de nous, nous entendons souvent que c’est compliqué et parfois fastidieux. Ne serait-ce pas plutôt une excuse ? Privilégier la rapidité et la facilité, c’est un petit peu facile parfois, non ? Nous...

12 documentaires engagés à regarder

Le streaming/visionnage vidéo sur Internet s'est fortement développé cette dernière décennie. Aujourd'hui, chaque Français passe 5 à 10 heures par semaine à visionner des vidéos sur Internet (14 heures pour les plus jeunes et même parfois bien plus pour les séries...

3 applications pour devenir consomm’acteur

Nous vous retrouvons aujourd'hui pour vous partager 3 applications disponibles sur smartphone qui vous accompagneront au quotidien et vous aideront à adopter un mode de vie plus responsable. Des habitudes plus écologiques, plus minimalistes, plus éthiques, générant...

Acheter local : oui mais où ?

On ne va pas se mentir, acheter bio n'est pas accessible à tout le monde. D'abord, financièrement parlant, puisque le kilo de fruit ou légume bio est bien supérieur à celui d'un kilo de fruit ou légume conventionnel. Aussi, géographiquement parlant, trouver des...

L’empreinte carbone de notre alimentation

Selon l'ADEME (Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), le bilan carbone permet de calculer les émissions de gaz à effet de serre (GES) engendrées par des activités productrices de biens ou de services qu’elles soient assurées par des entreprises...